How Plants Communicate

Le langage des plantes

Les plantes ne sont pas dotées des mêmes sens que les êtres humains, pourtant, elles réussissent à percevoir le monde qui les entoure. Elles peuvent même exercer une influence sur leur environnement, communiquer entre elles et avec d’autres créatures.

Par D. Kroeze MSc, CANNA Research

Les plantes interprètent leur environnement de diverses façons. Elles peuvent différencier le haut du bas. Vous pouvez vous imaginer à quel point ce serait désastreux si une graine poussait vers le bas dans le sol. Les plantes qui sont dans le noir ont plus de chance de trouver la lumière vers le haut que vers le bas. À l’opposé, les racines ont besoin de pousser vers le bas pour trouver de l’eau. Comment réussissent-elles à faire la différence entre le haut et le bas?

À l’intérieur des plantes, on retrouve des cellules appelées organelles. Les organelles sont les organes de la cellule. Certaines d’entre elles existent sous forme de granulés. Le meilleur exemple d’un tel granulé est le chloroplaste qui utilise la lumière du soleil pour produire des sucres. Lorsque les sucres ne sont pas nécessaires immédiatement, la plante les emmagasine sous une autre forme de granulé que l’on nomme le grain d’amidon. Les grains d’amidon font beaucoup plus qu’emmagasiner les sucres. Par gravité, les sucres se situent toujours dans la partie inférieure des cellules de croissance et c’est ainsi que la plante réussit à reconnaître le bas, donc la direction à prendre pour pousser.

articles-howplantscommunicate_text_1
Une plante sait exactement où se trouvent le haut et le bas.
Source: http://hortweb.cas.psu.edu/dept/arteca

La vue

En plus de la gravité, la lumière indique également la direction vers laquelle doit pousser la plante. Les plantes poussent vers la lumière, et plus précisément, là où la lumière est la plus bleue. La raison est simple, les plantes absorbent une grande quantité de lumière bleue. Plus la lumière est bleue, moins il y a de plantes qui utilisent cette lumière. Les plantes utilisent des photorécepteurs afin de percevoir cette couleur bleue. Le bleu n’est toutefois pas la seule couleur qui aide la plante à déterminer la concentration d’autres plantes dans son environnement.

Les plantes sont vertes puisqu’elles absorbent surtout la couleur rouge dans le spectre visible de la lumière. Les plantes peuvent aussi analyser la quantité de lumière rouge (précisément, le lien entre la lumière rouge et la lumière rouge sombre) afin de déterminer si d’autres plantes les entourent et, le cas échéant, où elles se situent.

Les semences recourent à cette astuce pour choisir le meilleur moment pour la germination. Les plantes en croissance émergeront au-dessus des plantes avoisinantes afin de sortir de leur ombre, elles peuvent aussi choisir de pousser dans une autre direction.

Goûter avec les pieds

Les plantes goûtent et sentent aussi. Grâce aux racines, elles réussissent à goûter le sol. Les plantes sécrètent dans le sol des substances qui leur permettent d’absorber des éléments nutritifs; les autres plantes utilisent leurs racines pour goûter ces substances. En goûtant, elles peuvent savoir à quelle distance se trouvent les plantes avoisinantes et leur état de santé. Les plantes utilisent ces renseignements pour choisir si elles doivent ou non engager la bataille pour les éléments nutritifs et l’eau. En plus de goûter sous le sol, les plantes sont en mesure de repérer si des matières provenant de la partie aérienne d’une plante avoisinante ont été lavées par les pluies et enfouies dans le sol.

Hors sol, les plantes peuvent sentir la présence d’une autre plante. L’odeur d’éthylène leur permet de savoir qu’une autre plante se trouve dans les environs. Elles peuvent également sentir d’autres substances, mais restons-en à celle-ci pour le moment. Nous examinerons tout d’abord s’il est vrai que les plantes communiquent entre elles et comment les plantes peuvent connaître une meilleure croissance lorsqu’on leur parle.

Odeurs

Nous avons souvent tendance à penser que les plantes sont ennemies et qu’elles perçoivent leur environnement dans le seul but d’obtenir de l’énergie lumineuse et des éléments nutritifs. Ceci est partiellement vrai. En fait, les plantes lancent un signal d’alarme lorsqu’il y a un danger imminent tel que la présence d’animaux ravageurs et d’insectes butineurs.

Lorsqu’une plante est attaquée, elle sécrète une substance la rendant moins savoureuse. De plus, elle sécrète d’autres substances qui ont pour but de signaler la catastrophe à son voisinage. Les substances, souvent aromatiques, peuvent être sécrétées dans le sol ou à l’extérieur du sol. Ce phénomène se produit lorsque, par exemple, une plante est attaquée par des araignées rouges. En recevant l’alerte, les plantes voisines fabriqueront elles aussi cette même substance aromatique de mauvais goût et, à leur tour, transmettront le signal d’alerte. Malheureusement, cette stratégie est moins efficace en jardin intérieur puisque les araignées rouges confinées à un espace restreint n’ont pas d’autres choix que de se contenter d’un repas un peu moins savoureux.

articles-howplantscommunicate_text_3
Les plantes sécrètent des substances. Les autres plantes peuvent sentir ces substances et savoir ainsi qu’elles ne sont pas seules. Les plantes peuvent aussi transmettre de l’information grâce à ces odeurs.
Source de l’image: http://www.bbc.co.uk

Si vous croyez que les plantes, prises de panique, lanceront des signaux d’alerte tous azimuts à chaque fois qu’une de leurs feuilles est tortillée, c’est faux! Les plantes savent exactement lorsqu’un insecte les grignote, car elles reconnaissent leur salive. Elles peuvent même savoir de quel insecte il s’agit et ainsi transmettre l’information précise à ses voisines. Les plantes ne sont pas les seules à pouvoir interpréter ces signaux. Les acariens prédateurs et autres ennemis naturels répondent à ces signaux également.

L’évolution leur a permis de localiser l’endroit où trouver un repas savoureux en se basant sur la concentration des arômes dégagés par les plantes.

Les plantes communiquent aussi avec d’autres organismes sous terre. Elles peuvent faire appel à certains champignons ou à certaines bactéries lorsqu’elles n’ont pas suffisamment d’éléments nutritifs à leur portée. Les plantes réussissent ceci en sécrétant de petites quantités de certaines substances pour attirer les micro-organismes qui dégagent alors des éléments nutritifs pour la plante et reçoivent, en retour, des sucres riches en énergie. De plus, les plantes tirent plus d’un avantage de cette pratique, car elles peuvent ainsi augmenter leur résistance aux agents pathogènes présents dans le sol et améliorer leur résistance à la déshydratation.

Parler avec ses mains?

Certaines personnes croient que leurs plantes connaissent une meilleure croissance lorsqu’ils leur parlent. Bien que les chercheurs travaillent depuis longtemps sur la question de la réaction positive des plantes à la parole, aucune recherche convaincante n’a été publiée à ce jour. Pourtant, certaines personnes ont pu constater l’influence positive de parler avec leurs plantes.

Souvent, lorsqu’on parle à sa plante, on la touche aussi, c’est peut-être ce geste qui influence la croissance. Les chercheurs ont découvert que les plantes ressentent le toucher en menant des expériences incorporant des hormones sur les plantes. Les résultats démontrent que les plantes ayant reçu les hormones et celles ayant reçu une substance inactive sont demeurées plus petites. La raison pour laquelle elles seraient restées plus petites semble être liée au toucher lors de l’application des substances et non à la présence d’hormones en tant que telles.

Les plantes restent petites si on les touche

Donc, les plantes restent petites si on les touche. Comment expliquer l’influence positive dans ce cas? En fait, en plus de rester petites, les plantes touchées ont connu une période de floraison plus longue. Ces résultats semblent favorables aux plantes qui fleurissent, par exemple, les rosiers.

En plus de retarder la floraison et de ralentir la croissance, le fait de toucher ses plantes rend les feuilles plus petites, réduit la photosynthèse et accélère le vieillissement. L’on ne peut expliquer encore comment la croissance d’une plante peut être influencée par le toucher, mais une chose est certaine, votre récolte sera plus petite si vous touchez souvent vos plantes.

articles-howplantscommunicate_text_2

L’ouïe

Bien qu’aucun récepteur auditif n’ait été identifié sur les plantes, elles réagissent tout de même à la musique et réussissent à la distinguer des sons "habituels". L’influence de la musique et des sons sur la croissance d’une plante est un domaine scientifique relativement nouveau, mais fait quand même l’objet d’un grand nombre de recherches.

Et encore?

Les plantes posséderaient-elles d’autres sens dont nous ignorons encore l’existence? Le livre "La vie secrète des plantes" abonde en ce sens. Bien que le livre figurait parmi les bons vendeurs, plusieurs chercheurs de l’époque en ont conclu que, malgré les attentes élevées, le livre n’offrait aucun pouvoir scientifique. 35 ans plus tard, certains énoncés ne semblent plus aussi étranges que dans le passé. Les plantes semblent véritablement pouvoir communiquer entre elles et réagir à la musique, mais comment elles le font semble très différent.

articles-howplantscommunicate_text_4"La vie secrète des plantes" a su éveiller des attentes révolutionnaires en phytotechnie. Malheureusement, la frontière entre mythe et réalité restait beaucoup trop incertaine.

Comme tout autre vivant, les plantes possèdent des sens. Tout comme nous (mais de façon quelque peu différente), les plantes sentent, goûtent, voient, entendent et ressentent. Elles savent reconnaître le haut du bas. Donc, les plantes connaissent plutôt bien leur environnement et semblent pouvoir l’influencer de manière réfléchie. Si les plantes possèdent effectivement d’autres sens, les chercheurs finiront un jour par les découvrir, qu’ils soient inspirés ou non par le fruit de leur imagination ou une influence occulte.

Rate this article: 
Average: 5 (2 votes)