À CANNA nous nous nourrissons des histoires des horticulteurs passionnés partout au Canada qui font échos à notre communauté et qui nous inspirent à voir grand.

LE PARCOURS

Mehgan, parlez-nous un peu de vous.

Mehgan : Je suis la maître cultivatrice suppléante (Alternate Master Grower) à MTL Cannabis, je veille donc à ce que les tâches quotidiennes soient communiquées aux chefs d’équipe et qu’elles soient exécutées de manière uniforme et constante.

Avec ce poste vient l’obligation d’arriver sur les lieux avant tous les autres. Je fais ma tournée pour m’assurer que mes bébés grandissent bien, j’évalue les besoins à combler et j’établis une liste de priorités pour que la journée se déroule rondement. Je suis toujours disponible pour mon équipe. Je suis là autant pour les plantes que pour l’équipe.

« Il faut réduire le fardeau qui pèse sur les épaules des maîtres cultivateurs. En tant que suppléante, je peux alléger le poids de certaines tâches quotidiennes pour que nous puissions tous les deux travailler dans le bonheur sans crouler sous la pression. C’est bien d’avoir un peu d’espace pour respirer et réfléchir, mais aussi de pouvoir compter sur deux têtes plutôt qu’une. »

Image
Meet Mehgan Race Widdison
Mehgan Race Widdison gathering insights from Patrick Pagé, Master Grower @ MTL
Cannabis

Racontez-nous comment vous êtes devenue une horticultrice passionnée.

Mehgan : J’ai grandi dans un endroit où le cannabis occupait une grande place. À l’époque, j’ignorais de quoi il s’agissait vraiment, mais je me souviens que l’odeur était enivrante et qu’il m’était interdit d’y toucher! [*rire]

À l’école secondaire, j’étais très sportive et je revendiquais haut et fort l’importance de la santé physique et mentale. Exutoire par excellence, le sport me rendait heureuse. Adepte de danse et joueuse de rugby, j’ai subi ma part de blessures à un point tel que les Advil ne me soulageaient plus. C’est là que j’ai commencé à expérimenter avec le cannabis.

Après quelques commotions cérébrales, j’en suis venue à la conclusion que ces sports posaient un trop grand danger pour ma santé et j’ai choisi d’étudier dans le domaine des « blessures sportives » en thérapie sportive et en science des sports.

Lorsque la COVID a frappé, je m’apprêtais à commencer mes études en ostéopathie, mais comme cela devenait impossible, j’ai décidé de voir ce que MTL Cannabis avait à m’offrir. Le jardinage me plaisait, même si aucune de mes plantes domestiques n’avait encore survécu [*rire].

En revanche, mon potager n’avait rien à envier aux autres. J’adore récolter les fruits de mon labeur. Assise au jardin, en sirotant mon café. C’est une sensation merveilleuse. J’ai compris que je pourrais faire exactement cela à MTL Cannabis tout en aidant les gens à gérer la douleur et à soulager le stress. Cela représentait pour moi un pas de géant vers l’avant dans une direction qui ne m’avait jamais effleuré l’esprit. De plus, je ne laisse jamais passer une occasion de partager la richesse des propriétés qu’offre la plante de cannabis dans la gestion de la douleur et le soulagement du stress ainsi que ses multiples autres bienfaits.

Image
Meet Mehgan Race Widdison
Mehgan Race Widdison and Patrick Pagé inspecting MTL Cannabis crop together.

Comment votre passion pour la culture a-t-elle évolué au cours des deux dernières années?

Mehgan : J’ai commencé à MTL Cannabis il y a un an et demi comme horticultrice. Je n’avais jamais touché à une plante de cannabis avant de mettre les pieds dans le jardin. J’ai eu la chance d’arriver pendant une période calme, alors que plusieurs employés étaient en vacances. J’ai commencé par apprendre les secrets du jardinage et de la propagation en observant un spécialiste de la propagation.

Pour être honnête, ce fut un baptême de feu.

En un an, j’ai été promue au poste de maître cultivatrice suppléante. Tout un bond! J’en suis très reconnaissante, mais j’ai dû travailler TRÈS fort. Il faut savoir porter attention aux détails et éprouver une vive passion pour garder le cap dans cette industrie où tout arrive très rapidement.

Ma passion pour l’horticulture a évolué ainsi que ma compréhension et mes connaissances de la plante. Au début, j’y allais souvent à tâtons. Je suis passée de celle qui adopte une approche d’essais-erreurs dans son potager à celle qui a la capacité de comprendre les besoins d’une plante, d’observer et de saisir le comportement d’une plante. Mon cheminement a véritablement changé ma façon de voir les plantes et la manière dont elles communiquent avec nous.

« Observer le comportement des plantes a véritablement changé ma façon de voir les plantes et la manière dont elles communiquent avec nous. Les plantes expriment clairement la plupart de leurs besoins, il suffit de les écouter. »

Image
Meet Mehgan Race Widdison
Mehgan Race Widdison inspecting plants @ MTL Cannabis.

UNE PASSION
POUR LA CULTURE

Quel est votre élément favori du processus de culture?

Mehgan : Mes favoris sont :

  • Modeler la plante pour lui donner sa structure optimale. L’amener là où elle doit aller et la faire croître aux bons endroits.
  • Le processus de clonage et le maintien de plantes mères au sommet de leur forme.
  • La période mitoyenne lorsqu’on commence à apercevoir les changements morphologiques des plantes, lorsqu’elles prennent de la masse, ce moment où on se dit « ça y est, elle y arrive. La magie opère! »

« Je suis une passionnée de la culture, car elle me permet de transposer ce que je ressens à une plante pour ensuite constater que mon amour et mon affection créent de la beauté, tant sur le plan physique qu’à travers ses propriétés. »

Quelle serait la partie la moins intéressante du processus selon vous?

Mehgan : La récolte.

Quels ont été vos plus grands défis en tant qu’horticultrice?

Mehgan : Découvrir une nouvelle industrie. Tout ce qui touche au cannabis était nouveau pour moi. Assimiler de nouvelles informations ne m’a pas donné trop de fil à retordre, c’est plutôt la transition d’horticultrice à suppléante qui a été ardue. La gestion des employés occupe une place monumentale. En un an, je suis passée de jeune universitaire de 25 ans plongée dans ses études sportives à co-gestionnaire d’une équipe de 33 personnes.

Lorsqu’un employé se tourne vers toi et que tu n’as pas la réponse à sa question, il faut réfléchir rapidement et trouver où dénicher la réponse afin qu’il puisse accomplir son travail et mieux comprendre l’importance de ses gestes, comme pour la taille des plantes par exemple. Je crois que les gestionnaires devraient toujours montrer l’exemple et aspirer à ce que les membres de leur équipe suivent leurs traces.

Le changement vient avec sa part de difficulté, mais c’est ce qui nous permet de grandir. Cette opportunité m’a réellement ouvert les yeux sur une industrie florissante dont la communauté est remplie d’amour et de soutien.

Image
Trousse a astuces

Quel conseil aimeriez-vous donner à quelqu’un qui commence à cultiver à la maison?

Mehgan : N’ayez pas peur. C’est une plante. Elle veut vivre.
Vous pouvez infliger beaucoup de choses à une plante de cannabis et elle saura rebondir. Il suffit d’essayer, car si vous n’essayez jamais, vous ne connaîtrez pas votre potentiel.

Et si vous échouez, vous n’avez qu’à recommencer. C’est la beauté de la chose!

Image
Meet Mehgan Race Widdison
Mehgan Race Widdison inspecting MTL Cannabis bud.
Image
100% CANNA Nutrients

Quelles questions un consommateur devrait-il poser à un cannabiste lorsqu’il achète des produits de cannabis afin de s’assurer qu’il se procure un produit sécuritaire et de qualité?

Mehgan : Il ne faut pas se fier uniquement au THC. Les gens doivent en apprendre davantage à propos des terpènes et de leurs effets. Plusieurs bienfaits pour la santé sont associés aux divers types de terpènes présents dans les cultivars.

Les consommateurs doivent aussi faire leurs recherches, car la consommation à des fins récréatives n’a rien à voir avec la consommation pour soulager la douleur, l’anxiété, le TSPT… Certains des cultivars – pour ne pas dire la plupart – auront un effet différent d’une personne à l’autre. Les consommateurs de cannabis vivront une expérience qui leur est propre. Et le plus excitant est d’essayer de nouvelles variétés!

Dans les années à venir, pour quel aspect aimeriez-vous être reconnue au sein de la communauté de la culture du cannabis?

Mehgan : Je veux partager une foule de connaissances avec les gens. Pour l’instant, c’est le maillon manquant. Les connaissances, je veux les diffuser. Je veux que le cannabis soit reconnu comme drogue licite dans le domaine sportif. Une plus grande acceptation. Les bienfaits sont si nombreux. Je me vois comme une défenseure du cannabis dans le sport. J’aimerais être reconnue pour ma contribution au changement dans la communauté des sports et de la réhabilitation.

Y a-t-il une personne que vous admirez particulièrement dans l’industrie du cannabis? Qui, et pour quelles raisons?

Mehgan : Patrick Pagé. Il est un pilier à MTL Cannabis. Il a toujours réussi à me sortir de ma tête pour voir la situation dans son ensemble. Son travail est admirable et les résultats sont éloquents.

Image
Nourris ta passion

Recommandations de Mehgan

Can we see some ID, please?

You must be of legal age in your province of residence to enter this section.